user_mobilelogo

« Sans réseau, pas de boulot ». N’y croyez pas une seconde !

On entend souvent dire « Passé dix ans d’expérience, sans réseau pas de boulot ! ». C’est totalement faux et vous ne devez pas y croire une seule seconde !
Il existe quatre méthodes pour trouver votre prochain job : les offres d’emploi, les cabinets de recrutements, la démarche réseau bien entendu et les candidatures spontanées.  Toutes sont pertinentes, toutes doivent être utilisées.
C’est ce que j’appelle l’APPROCHE GLOBALE.

Avant tout, il me faut clarifier le malentendu que provoque cette phrase par sa brutalité et son absence de nuance ; malentendu dont l’origine est tout simplement une erreur de traduction culturelle. En effet, en France, on utilise le mot « réseau » dans le sens  « AVOIR UN RESEAU » c'est-à-dire avoir les bonnes connexions, appartenir à un clan privilégié, connaitre les bonnes personnes, bref « AVOIR DU PISTON ».
Alors qu’en fait, le mot « NETWORKING » utilisé dans la version américaine de cette phrase fait référence à la notion de « DEMARCHE RESEAU », c'est-à-dire à la capacité de chacun de « S’OUVRIR AUX AUTRES », ce qui est bien différent vous en conviendrez !  Cela consiste tout simplement à rencontrer le maximum de personnes travaillant dans le domaine qui vous intéresse pour en comprendre l’environnement et arriver à votre but : trouver un poste qui vous convienne.

Ceci dit, il n’en reste pas moins vrai que la démarche réseau n’est absolument pas le mode exclusif d’accès à l’emploi ! Il existe quatre méthodes pour trouver votre prochain job : les offres d’emploi, les cabinets de recrutements, la démarche réseau bien entendu et les candidatures spontanées.  Toutes sont pertinentes, toutes doivent être utilisées.

Quelque soit votre âge, quelque soit votre projet, vous devez les utiliser toutes simultanément car personne ne sait d’où viendra votre prochaine opportunité d’évolution de carrière.

Voici 4 exemples dans mon expérience récente pour illustrer ce propos.

Waël, 23 ans, jeune diplômé d’un Master en communication doit impérativement trouver un travail dans les environs de Clermont-Ferrand. Normalement, la meilleure option pour trouver un premier emploi consiste à répondre à des offres. Cependant, la contrainte géographique forte de Waël m’a amené à lui recommander également l’approche par candidatures spontanées auprès de toutes les sociétés ou organismes de sa région. C’est comme cela que Luc a trouvé son premier job dans une des zones d’activités de la banlieue de Clermont.

Marion, 35 ans, chef de projet industriel dans l’automobile, cherche à changer de secteur d’activité. Pour un cadre expérimenté, la piste classique pour rebondir est de se faire remarquer des cabinets de recrutement. Pourtant, sur mes conseils, Marion a également répondu à de nombreuses offres et lancé une démarche réseau auprès de son Association d’Anciens Elèves. C’est finalement par un contact direct via LINKEDIN qu’elle a trouvé son poste. Elle n’a aucune idée du chemin par lequel ce contact s’est fait. Mais qui s’en soucie ?

Geoffroy, 47 ans, vit au Brésil depuis le début de sa carrière. Il souhaite désormais rentrer en France.La mobilité d’un cadre confirmé se réalise habituellement grâce au réseau et aux chasseurs de tête. Pas si simple quand on revient d’un long séjour à l’étranger. Geoffroy, accompagné d’un consultant, a mis en place une approche globale. Finalement, il a été embauché par une entreprise du CAC40, comme responsable du développement des activités du groupe en Amérique Latine. C’est par la démarche réseau suivie d’une candidature spontanée qu’il a trouvé ce poste.

Sylvain, 55 ans, ancien directeur général d’une filiale d’un groupe international a été remercié et il cherche à rebondir.Pour un sénior non spécialiste, la piste la plus évidente est la démarche réseau. En effet, les annonces pour ce genre de profil sont rares et les chasseurs de têtes s’intéressent peu aux séniors. De plus, les candidatures spontanées fonctionnent surtout si l’on a une compétence spécifique à offrir. Pourtant, c’est en répondant à une annonce que Sylvain a pu rebondir ! Ce n’est pas pour le poste proposé par l’annonce qu’il a été choisi, mais pour une mission de redressement de filiale sur 18 mois. Peut-être cette mission se transformera-t-elle en poste fixe ? A moins que Sylvain ne prenne goût aux missions et  préfère devenir manageur de transition.