user_mobilelogo

 Masquez les défauts de votre CV... sans vous faire pincer !

On a tous été un jour tenté de masquer un « défaut » de notre CV par un « petit mensonge ».
Les mésaventures de YAHOO sur ce thème, relayées récemment par la presse, montrent que cette tentation concerne même les candidats aux postes les plus élevés.

C’est question des défauts du CV m’est posée très régulièrement, sous une forme ou une autre :

  • « En 2005, j’ai fait un voyage autour du monde. Comment puis-je le déguiser ? »

  • « Pendant mes études, j’ai perdu deux ans à cause d’un problème médical. Je ne souhaite pas en parler. Comment puis-je faire ? »

  • « Entre 1998 et 2000, je suis resté au chômage près de deux ans car j’ai eu du mal à me remettre de mon licenciement. Comment masquer ce trou ? »

  • « En 2004, j’ai suivi mon mari au Canada où je n’ai pas pu travailler ? Comment puis-je arranger cette période ? »

Soyez rassurés, toutes les carrières ont de tels « défauts ». Tout le monde le sait mais personne ne veut l’admettre et il faudrait avoir un « CV parfait »…. quitte à mentir. Quelle sottise ! Même si la probabilité de vous faire pincer vous semble faible, les conséquences, si vous êtes découvert, sont telles que le risque ne mérite jamais d’être couru !

Donc, première règle, NE MENTEZ JAMAIS !

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’un CV n’est pas un historique de carrière. Ce que le recruteur cherche à savoir en lisant votre CV, ce n'est pas ce que vous faisiez précisément entre septembre 2005 et janvier 2007. Ce qu'il veut, c'est s’assurer que vous pouvez l'aider à résoudre ses problèmes : ceux d'aujourd'hui et surtout ceux qui l'attendent demain. Il ne s'agit donc pas de « bricoler votre historique de carrière  pour en masquer les défauts », mais de « construire un CV  pour démontrer que vous avez les compétences requises pour tenir le poste ».  

Pour utiliser une image, si vous étiez un produit, votre historique de carrière serait la fiche technique et le CV, la plaquette commerciale. Votre CV, comme une plaquette commerciale, met en valeur ce que le lecteur veut et doit savoir et ne mentionne le reste qu’incidemment. Pour construire un CV efficace à partir de votre historique de carrière, vous devez simplement, pour chaque phrase que vous écrivez, vous poser une question simple.

Cette phrase apporte-elle un soutien à mon projet?

  • Si la réponse est OUI, la phrase doit figurer bien visible, en gras, sur la première page du CV et en termes clairs. Le recruteur doit impérativement la lire dès les premières secondes.

  • Si la réponse est UN PEU, contentez-vous de l'indiquer sans emphase particulière. Le recruteur en prendra connaissance en deuxième lecture et cela renforcera son envie de vous rencontrer.

  • Si la réponse est NON, oubliez-la carrément (elle n'intéresse pas votre futur employeur de toutes façons !)…. Ou, si vous ne pouvez éviter de la mentionner, faites le de la façon la plus discrète possible pour qu’elle ne brouille pas votre image.

En construisant votre CV de cette manière, valorisante mais parfaitement honnête, la question d'en masquer les défauts ne se posera même plus…

et vous ne risquerez donc plus de vous faire pincer ! En effet, cette façon de voir les choses vous permettra toujours de trouver une formulation valorisante et discrète pour décrire sans mentir les périodes délicates de votre carrière (ces fameux défauts que vous souhaitez masquer). (*)

(*) Il existe cependant certaines situations compliquées, généralement des périodes longues d’arrêt d’activités pour des motifs privés, dont il est très difficile de parler.Si vous êtes dans une telle situation, prenez contact avec un conseiller en gestion de carrière, vraiment expérimenté. Il saura vous aider à trouver la bonne formulation car il y en a toujours une… Mais ne transigez jamais avec la première règle : NE MENTEZ JAMAIS !