user_mobilelogo

Comment booster votre « communication orale » ?

Préparez votre « elevator speach », votre présentation express, pour convaincre un recruteur !
Parler de soi, une « impolitesse » bien ancrée dans notre enfance. Qui de nous n’a pas entendu mille et une fois des phrases du type : « Ne fais pas ton malin ! » ; « Tu te crois vraiment intéressant ! » ; « Arrête de te mettre en avant ! » ; « Tais-toi et écoute ! »
En poste, on évite de « faire étalage » de ses réalisations, pas même à l’occasion des entretiens annuels d’évaluation. A tel point qu’un jour on s’entend dire : « tout va toujours tellement bien qu’on peut se demander à quoi vous servez » (SIC).

En recherche active, une telle attitude est carrément suicidaire. Ne croyez pas qu’il suffise de montrer une carte de visite avec un titre ronflant. Tout le monde sait que les titres les plus ronflants cachent souvent des placards dorés.
Dans cette situation de mobilité, vous DEVEZ apprendre à parler de vos compétences chaque fois que l’occasion se présente, quelles que soient les circonstances.
Si vous ne savez pas faire, voici une méthode simple et réellement efficace pour apprendre à vous mettre en valeur sans jamais passer pour un raseur.

Présentez vous en « une minute trente chrono »

 « Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement » disait Boileau. Reprenez cet adage à votre compte en 4 étapes

1 - Préparez votre texte en vous appuyant sur le plan suivant :

-  La première phrase doit vous présenter, présenter votre savoir-faire distinctif et votre projet,

-  Le cœur du texte va donner du corps à cette compétence et ce projet en s’appuyant sur deux ou trois de vos réalisations (récentes) qui les illustrent le mieux,

-  La dernière phrase reprendra enfin, mot pour mot, la première en répétant votre savoir-faire distinctif et votre projet.

2 - Apprenez ce texte plus que par cœur (« sur le fil du rasoir », comme on dit au théâtre) pour pouvoir le DIRE et non pas le RECITER     

3 - Assurez-vous qu’il ne dépasse pas 1mn30, car c’est vraiment la limite d’attention que vous pouvez espérer d’un auditeur, sans risquer de le « raser »

4 - Enfin, testez ce texte sur des personnes de votre entourage qui ne connaissent rien à votre travail :

- S’ils s’endorment avant la fin, vous avez encore du travail

- S’ils tiennent jusqu’au bout, mais ne vous posent pas de question, vous y êtes presque

- Si enfin, ils vous posent une question, c’est bon, vous êtes prêt.

Laissez une image forte à votre interlocuteur

Se présenter en 1 minute trente, permet de briser la glace, de se présenter sans passer pour un casse-pied ou un chercheur d’emploi désespéré. Mais cela ne suffit pas pour convaincre votre interlocuteur de vous proposer un rendez-vous ou d’accepter votre carte de visite.

Il vous faut maintenant dépasser l’aspect intellectuel et formel de cette première présentation pour passer du statut d’intéressant à celui de passionnant.

Première étape : Osez le silence.

Si votre présentation rapide fait vraiment mouche, votre interlocuteur aura envie de vous poser une question. Laissez-lui le temps de la poser !

Deuxième étape : Racontez-lui une histoire.

Que votre interlocuteur vous pose ou non une question, pour vous rendre passionnant vous devez sortir du purement rationnel pour entrer dans l’irrationnel. Votre interlocuteur doit sentir votre enthousiasme. C’est finalement très simple, mais il faut oser sortir des conventions et du formalisme des entretiens professionnels classiques.

Pour chacune des deux ou trois de vos réalisations que vous aurez mentionnées dans la première partie, vous devez connaitre « sur le fil du rasoir » une anecdote vécue que vous allez pouvoir raconter (revivre devrais-je dire). En revivant cette histoire avec votre interlocuteur, vous allez lui faire partager votre enthousiasme, ce qui va vous rendre passionnant à ses yeux.

Plutôt que de vous donner une recette, je préfère illustrer mon propos avec un exemple. A vous de trouver l’anecdote qui correspondra à votre histoire personnelle :

 « Ce que j’ai adoré dans ce poste, c’est la diversité culturelle. Diriger une équipe de quatre nationalités différentes a été pour moi, un vrai plaisir. C’était difficile et cela m’a demandé beaucoup de travail, mais que de moments inoubliables.

Je me souviendrai toujours de cette journée où il m’a fallu accompagner le nouveau venu Américain d’une administration à l’autre pour lui permettre d’obtenir son permis de séjour. Habituellement, j’ai horreur des formalités administratives, mais là, servir de guide et de traducteur entre les autorités allemandes d’un côté et mon collègue américain de l’autre !! »

Voilà, c’est tout. Vous êtes désormais prêt à vous présenter à l’occasion d’une conférence, dans un cocktail, en montant dans un ascenseur, dans un entretien réseau … à la prochaine personne que vous rencontrerez, sans avoir le temps de le lasser, ni de passer pour un raseur.